Avec Meta, Facebook change de nom.

Opération Branding pour le groupe Facebook qui se rebaptise Meta

Jeudi 28 octobre, le groupe Facebook a annoncé son changement de nom pour s’appeler Meta. Pourquoi ? Afin de s’orienter vers le web d’après : Le métavers, le web immersif et incarné.

Le Keynote de Facebook (Facebook Connect) a permis à Mark Zuckerberg d’impulser la nouvelle orientation de son entreprise pour les années et décennies à venir. Avec Meta, tout le monde doit comprendre que FB s’oriente vers le métavers. À commencer par les investisseurs et les salariés du groupe. Comprenez que ce n’est pas Facebook qui change de nom mais le groupe jusque là éponyme qui rassemble notamment WhatsApp, Instagram et Oculus VR.

Qu’est-ce que le métavers ?

Des milliards de dollars et des annonces dans tous les sens, Facebook fait feu de tout bois pour convaincre investisseurs comme utilisateurs que le réseau social roi a encore de l’avenir. Et même un avenir radieux. L’idée de Mark Zuckerberg est de fondre Facebook dans le web de demain. Un véritable univers parallèle de données et d’interactions sociales. Vous avez lu Le Samourai Virtuel de Neal Stephensen et/ou vu Ready Player One de Steven Spielberg ? C’est l’idée.

Pour Mark Zuckerberg, la science-fiction rejoindra la réalité. Nous sommes destinés à un web immersif et même holographique (grâce à Oculus VR, il va sans dire) dans lequel nous travaillerons, interagirons, jouerons et évidemment consommerons. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

Une réunion du lundi matin dans le métavers imaginé par Meta et Facebook…

Facebook a de l’avenir et des casseroles.

Ce qui est pratique pour une entreprise dans le fait de changer de nom, c’est que cela permet de tirer un trait sur tout ou partie du passé. Un exemple ? Total vient de réaliser un exercice comparable de branding en se rebaptisant Total Energies. Le pétrolier change de dimension et se veut une « compagnie multi-énergies mondiale » et plus seulement l’un des plus importants groupes pétroliers du monde qui savait dès les années 70 pour le changement climatique #GreenWashing. 

Mais revenons à FB. Il ne vous a pas échappé que la firme californienne connait d’importants troubles. D’abord avec la panne de début octobre. Puis avec les révélations de Frances Haugen dans un scandale qui s’appelle désormais « Facebook Files ». L’ancienne employée de Facebook est en tournée européenne. Lundi (25 octobre), elle a rencontré les députés britanniques. Le 10 novembre, elle sera auditionnée par nos députés de la commission des Lois et Affaires économiques, lire par ailleurs. Enfin, parce que les menaces de démantèlement brandis par l’agence antitrust américaine, la FTC, sont toujours d’actualité. Le groupe Facebook est trop gros aux yeux de l’autorité de la concurrence américaine. Cela vaut aussi pour Amazon et souvenez vous que Microsoft en est à près de 25 ans de procédures aux USA comme en Europe.

Néanmoins, le projet de Métavers de Meta et Mark Zuckerberg apparait comme passionnant et défini un cap pour la Team Zuckerberg. Sa réussite constituera peut-être bien l’un des jalons les plus importants de siècle digital. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.